Neige

Après avoir lu « Le palais des ombres » de Maxence Fermine, je me suis documentée sur cet auteur et sa bibliographie. Enchantée par mes trouvailles, j’ai décidé de lire son premier roman « Neige » inspiré par le Japon.

Attirée par le Japon depuis des années, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre.

C’est une PURE merveille!

Neige de Maxence Fermine

En voici le résumé :

Au Japon, à la fin du siècle dernier, le jeune Yuko s’adonne avec ferveur à l’haïku, court poème traditionnel de trois vers, qui, dans son apparente simplicité, reflète la sagesse et l’art de vivre de ce pays que nous connaissons si peu.

Afin de parfaire sa maîtrise de l’haïku, il décide de se rendre auprès d’un maître avec lequel il se lie, sans qu’on sache lequel des deux apporte le plus à l’autre. Dans cette relation, faite de respect et de silence, l’image obsédante d’une femme disparue dans les neiges réunira les deux hommes.

Dans une langue sobre et pure, Maxence Fermine raconte une histoire où la beauté et l’amour ont la simplicité du haïku. On y trouve aussi le portrait d’un Japon raffiné fait à la fois de violence et de douceur.

 

Fude Hiroshige "Nuit de neige à Kambara, sur la route de Tokaido
Fude Hiroshige « Nuit de neige à Kambara, sur la route de Tokaido

 

L’une des couvertures de ce roman est représentée par cette estampe japonaise de Hiroshige. J’adore!

Ce court roman de 96 pages, paru en 1999, est une ode à l’amour, à la beauté, à la nature et à la neige. Parsemé de haïkus, il nous transporte au fin fond du Japon dans les montagnes et nous ouvre les portes sur la poésie pure. Tout y est magnifié!

C’est une sublime histoire d’amour comme nous n’en rencontrerons jamais!

De temps à autre, j’aime croiser ce genre de lecture qui me fait oublier un quotidien parfois morose.

Si vous ne connaissez pas, je vous laisse découvrir un monde magique et la beauté des haïkus.

 

Astrée

Le palais des ombres

Après avoir lu l’article de Bianca du blog « Des livres, des livres! » sur le roman de Maxence Fermine « Le palais des ombres », j’ai rapidement voulu le lire. Quelque chose m’attirait dans cette histoire et je voulais en savoir plus.

Je n’avais plus qu’à le lire pour me faire ma propre opinion. Chose faite!

Verdict : j’ai adoré!

 

 

Le palais des ombres
Le palais des ombres de Maxence Fermine

 

En quatrième de couverture :

Paris, dans les années 1960. Nathan Thanner, trentenaire taciturne et discret qui ne vit que pour ses marionnettes confectionnées dans le secret de sa boutique, voit sa vie bouleversée par une lettre de son père auquel il ne parle plus depuis vingt ans. Cet ex-romancier à succès, dont la rumeur veut qu’il soit devenu fou, lui annonce son décès et l’héritage qu’il lui lègue : l’énigmatique maison où il vivait reclus, Le Palais des Ombres. Mais, même dans la mort, Hugo Thanner reste un être fuyant et mystérieux, à l’image de cette demeure diabolique qui semble se jouer de Nathan. Commence alors pour le jeune homme un inquiétant jeu de pistes dont l’issue pourrait le changer à jamais…

 

Ce roman, chargé de mystère et de romantisme, ne se lâche pas facilement. L’intrigue est bien ficelée dans un Paris des années soixante avec des personnages troublants.

J’ai aimé me balader dans Paris à travers l’histoire et découvrir la personnalité de chaque protagoniste.

Mais mon coup de coeur de ce roman se porte sur la demeure « le palais des ombres ». D’ailleurs, le titre a été très bien choisi. Cette grande maison fait frissonner juste ce qu’il faut pour tenir en haleine.

STOP!  Je n’en dirai pas davantage!

À vous de trembler!

 

 Astrée